Une réponse organisée sur l'âge industriel

Publié le par Cindy P.

Voici une proposition de réponse organisée sur le sujet : Quelles réactions suscite la mise en place de la révolution industrielle en France de 1860 à 1920 ? 

Ce travail a été réalisé en classe en temps limité et a fait l'objet d'une correction avec l'avis des autres élèves. Merci beaucoup à Cindy... Toutes les critiques et les compléments sont les bienvenus.

En France, lors de la période de l’industrialisation du milieu du XIXème au début du XXème siècle, on constate que beaucoup d’auteurs pensent que la société est inégalitaire. Certains l’acceptent, d’autres condamnent cette société. Quelles réactions suscite la mise en place de la société industrielle en France ?
 
Les libéraux et les traditionalistes ont des idéologies différentes mais qui toutes les deux favorisent le travail. Les libéraux, comme Henri Schneider, sont les seuls à accepter cette société inégalitaire à la fin du XIXème siècle. En effet, pour eux, il ne faut pas limiter la durée de travail, les ouvriers doivent accepter leurs conditions et rejeter les socialistes en encourageant le travail. Pour atteindre ces objectifs, les employeurs comme Alphonse de Rothschild pensent qu’il faut détourner leurs ouvriers des vices, rejeter l’intervention de l’état et défendre la liberté du travail. Au contraire, les traditionalistes refusent cette société dans la deuxième moitié du XIXème siècle. Leurs objectifs sont de revenir avant la révolution française et de restaurer l’obligation de travailler. Pour arriver à ceci, les traditionalistes ont deux moyens : utiliser la force par l’état et créer une entente ouvriers/patrons comme le dit Frédéric Le Play « l’entente mutuelle des populations ouvrières et des personnes qui dirigent les entreprises ».
 
Les syndicalistes, socialistes réformistes et révolutionnaire ont la même position, celle de condamner cette société inégalitaire. Pour les trois idéologies les ouvriers doivent bénéficier de meilleures conditions de vie et de travail. Les ouvriers doivent être unis et il faut une réorganisation sociale à partir des syndicats, ce sont les objectifs des syndicalistes, comme la CGT créée en 1895. La grève est un moyen de contester cette société, ainsi que l’idée de remplacer les patrons par les syndicats. Les socialistes réformistes comme Jaurès à la fin du XIXe siècle veulent donner des droits économiques aux ouvriers, les libérer de la soumission aux patrons et faire respecter le droit de grève. Pour eux il y a deux moyens d’y arriver : faire des réformes et respecter la république. Les socialistes révolutionnaires comme Monthéus et son chant La jeune garde (1920) ne veulent plus de différences entre les différentes classes sociales, ils veulent que les ouvriers prennent la place des patrons. Faire la révolution, la création d’une internationale (regroupant tous les ouvriers du monde entier) et mettre en place de la dictature du prolétariat (prise du pouvoir par les ouvriers qui imposeront leurs lois aux patrons) sont leurs moyens d’action.

               Malgré des idéologies différentes, tous les auteurs font le même constat : sous l’influence de l’industrialisation, la société française s’est transformée et a accentué les inégalités entre les classes. Mais les réactions n’ont pas été identiques, allant de l’acceptation au rejet.

Publié dans Archives Première S1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article