Caractères Hautement Interdits Non Exprimables - Nathan et Cyril

Publié le par Cyril Brunon et Nathan Guignard

 Nous avons tous pu le constater à l’occasion des Jeux Olympiques de 2008 : les libertés fondamentales que sont la liberté d’expression et d’information soulèvent un vrai problème en Chine. Comment ce pays peut-il se moderniser, se développer, devenir une puissance mondiale et en même temps bafouer aux yeux du monde entier ces libertés fondamentales ? De plus, cet Etat se proclame depuis 1949 « république populaire ». Mais, est-elle populaire la République qui laisse, en toute discrétion, loin des sphères médiatiques, mourir son peuple agonisant contaminé par de la mélamine… pour mieux étaler sur le devant de la scène sa puissance et ses avancées au monde entier ? La censure de l’Etat enfonce le peuple chinois dans son ignorance des troubles et des violations des droits internationaux afin de mieux le contrôler, le manipuler. Ces agissements sont en total décalage avec l’idée même d’une démocratie populaire. Le régime chinois n’est pas, comme il se présente, un régime communiste où chacun se trouverait sur un pied d’égalité mais une véritable dictature. Les Chinois ont le droit d’être informés, de s’exprimer librement afin de pouvoir décider de leur avenir mais les autorités ne respectent pas ce droit.

 Il est donc de notre responsabilité, pour nous, jeunes citoyens d’un pays défendant la liberté d’expression, de plaider pour faire respecter ce droit en Chine, l’information ne connaissant plus aujourd’hui les frontières politiques. Les autorités chinoises n’attendent personne pour relever les défis en matière de censure. Les démocraties comme la France, les institutions comme le CIO, ont cru qu’Internet, ou encore l’organisation des J.O, libérerait la Chine de la censure mais aujourd’hui les progrès réalisés sont imperceptibles. Nous voulons donc plaider pour que, au nom de la liberté d’information, puissent disparaître du plus grand pays du monde les Caractères Hautement Interdits, Non Exprimables.

Publié dans Terminale S 4

Commenter cet article