Les monuments aux morts dans la Loire

Publié le par Mélanie, Thibault & Marilyn.

En quoi les monuments aux morts dans la Loire illustrent-ils l’état d’esprit des populations après la Grande Guerre ?

Après la Première Guerre Mondiale (1914-1918), dans tous les départements français, chaque commune ou presque a fait construire son propre monument aux morts. Un monument aux morts est un édifice mortuaire sur lequel sont inscrits les noms de toutes les personnes décédées pendant la guerre, pour la France. Nous verrons en quoi les monuments aux morts dans la Loire illustrent l'état d'esprit des populations après la Grande Guerre.

Tous les monuments aux morts ne sont pas identiques et leur esthétique dépend du budget des communes. Les noms inscrits sur ces monuments sont ceux des victimes de la guerre. Ces gens là sont dits: «morts pour la France» par la loi du 2 Juillet 1915. Les communes riches ont la possibilité d'accompagner les stèles de diverses sculptures, ainsi ces monuments rendent hommage aux soldats et mettent en valeur les principes de la France.
Dans la Loire, on trouve deux sortes de monuments aux morts: les « pacifistes », et les « patriotiques ». Les monuments « pacifistes », comme celui de Saint-Martin d'Estréaux, peuvent être complétés par des photographies des soldats, afin de susciter la compassion des gens qui prennent conscience que ces victimes de la guerre étaient en fin de compte des êtres vivants, comme eux.
Une partie du monunument aux morts de Saint Martin d'Estréaux au Nord de la Loire, où l'on retrouve la volonté de la commune de diffuser un message pacifiste.

Les monuments « patriotiques », comme celui de Saint-Héand qui est surmonté d'un coq, en plus de rendre hommage aux soldats, défendent les valeurs patriotiques du pays et insistent sur le fait que la France a remporté la victoire malgré de nombreuses victimes. Il existe aussi des monuments commémoratifs plus rares, moins vus dans la région du fait de leur coût et de leur esthétique particulière, comme celui se trouvant actuellement dans le Musée de la Mine du Puits Couriot et qui avait été édifié par les dirigeants de la société minière à laquelle se rattachait ce puits.
Ce monument est très intéressant symboliquement, car il rappelle la solidarité entre le front et l'arrière avec des statues qui représentent un soldat et un mineur. Il tient donc à montrer que la victoire a été française non pas seulement avec le courage des soldats  mais grâce à l'aide de toute la population. Détail intéressant également, on remarque la présence d'une femme tendant une branche de laurier au soldat, représentant l'allégorie de la victoire.

Plus proche des monuments pacifistes, on retrouve les monuments consacrés au deuil comme celui de la Fouillouse, où une femme, certainement veuve, tient son enfant et pleure son mari mort sur le front.


En conclusion, à travers ces monuments aux morts, on retrouve les traces qu'a laissées la Première Guerre Mondiale dans les esprits français. De la peine et de la tristesse par les monuments pacifistes, une part d'hommage par les monuments patriotiques. Grâce à ces mêmes monuments, on retrouve aussi la volonté de représenter la fierté qu'a procurée la victoire française.

Publié dans Première L

Commenter cet article