SYNTHESE DU DEBAT SUR L’AFFAIRE DES CARICATURES

Publié le par Anaïs

SYNTHESE DU DEBAT SUR L’AFFAIRE DES CARICATURES DE MAHOMET


   



A la suite du débat sur l’affaire des caricatures de Mahomet, nous avons essayé de répondre à des questions en relation avec cette affaire. Certains points de vue étaient différents mais sinon dans l’ensemble nos idées se rassemblaient.
    La présidente nous a d’abord questionné sur la question des musulmans et la religion. Il est vrai qu’ils sont attachés à leur religion, ils sont soumis à leur religion. On peut se demander si leur religion n’est pas liée au terrorisme. Ces dernières années le terrorisme est mis en avant, se servent-ils de ce dernier pour faire parler d’eux ?

    Le terrorisme n’est pas associé qu’à la religion Musulmane (ex : catholiques différents protestants=>conflit. Il y a aussi eu un conflit entre religion en Irlande)
Nous avons aussi parlé de plusieurs religions sur un même territoire, notre avis était le même, il faut que les différentes religions « cohabitent » sinon les barrières seraient infranchissables si chacun restait de son côté.
    Nous sommes arrivés à la question de la liberté de la presse. Ces caricatures ayant été  sujet d’un véritable soulèvement des Etats musulmans. Il est vrai qu’une caricature est faite pour se moquer, pour faire rire. Certaines caricatures n’ont vraiment pas été prises à la « rigolade ». Le monde musulman les ont prises, au premier degré ou leur mécontentement est-il justifié ?
    D’après les auteurs ces caricatures n’avaient rien de méchant, ils ont juste représenté Mahomet tel qu’ils le voyaient.
    Le magazine Charlie Hebdo traite clairement le monde musulman intégriste de « con », est-il aller trop loin ?
    On constate finalement que les limites de la caricature sont loin d’être claires.



    Nous pensons tous que cette affaire va se tasser dans quelque temps. Mais certaines questions demeurent tout de même en suspend :
 Sont-ils allé trop loin en dessinant ces caricatures, ces caricatures ont blessé le peuple musulman, cela voudrait dire que les auteurs ont touché un point sensible en représentant leur dieu ainsi ?

Anaïs
                                    Le 2/04/06

Publié dans Archives ECJS 1S3

Commenter cet article