Le CPE vu de l'étranger

Publié le par Hélo et C7

            Le CPE s'est révélé être un important sujet de débat en France mais aussi à l'étranger bien que cela ne concerne que les étudiants et jeunes travailleurs français. Dans le cadre de l'ECJS nous avons choisi de travailler sur ce sujet, notamment, la situation à l'étranger.

            La situation à l'étranger:

  Pour la plupart des étrangers le CPE est vu comme un mauvais contrat.

 Pour la Grande-Bretagne il est assez incompréhensible de refuser un tel projet de contrats qui offre une meilleure sécurité d'emplois que les projets anglais.

 L'Allemagne, elle, ne comprend pas le fait que ce projet ait été imposé avant d'en discuter alors qu'en principe c'est le débat qui est prioritaire. Kim Rahir stigmatise les français: "tous les observateurs se demandent pourquoi ils déscendent dans la rue dès qu'ils ne sont pas d'accord avec quelque chose."

Les Italiens critiquent les CPE, soulignant "qu'il permettra aux employeurs à des licenciements immédiats et sans motifs".

Quant aux Etats-Unis, ils ne voient aucun parralèle entre les manifestations du CPE de 2006 et celles de mai 68."Ce n'est pas une révolte". Henri Weber, membre du Parlement européen et ancien leader trotskiste, "Soixante-huit était un moment révolutionnaire qui visait à créer une société socialiste. Nous avions une vision idéaliste."

En Espagne enfin, les manifestations des lycéens et étudiants français ont été perçues comme un exemple très positif du sérieux, du courage et de leur implication dans la vie sociale et construction dans le futur.

A en croire la presse étrangère, derrière le projet du CPE sa cacherait une tendance plus profonde de la France: le refus de céder à la pression libérale.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article